Larmes Blanches
Environnement

Pour un contrôle des véhicules polluants

jeudi 24 janvier 2008

On recense environ 7 millions de motos à Hanoi et Hô Chi Minh-Ville. Autant de véhicules qui émettent des particules fines nuisant à la qualité de l’air. Contrôler régulièrement la qualité de l’essence ainsi que les gaz d’échappement des véhicules est une des mesures prioritaires.

"Contrôler les gaz d’échappement des véhicules dans les grandes villes", tel était le thème du séminaire qui s’est tenu le 22 janvier à Hanoi, dans le cadre du programme "Air propre Vietnam-Suisse".

À cette occasion, le projet sur le contrôle des fumées d’échappement des véhicules en circulation dans les grandes villes devait être présenté. Il s’inscrit dans le cadre du programme "Améliorer la qualité de l’air dans les zones urbaines", qui fait partie de la Stratégie nationale de protection de l’environnement horizons 2010 et 2020, élaborée par le ministère de la Communication et du Transport.

Le contrôle des fumées d’échappement des véhicules passe par une amélioration de la qualité de l’essence, une restriction de normes de fumées d’échappement pour les véhicules neufs et importés, ainsi qu’un examen annuel des véhicules émetteurs de particules fines et des micro-poussières, en circulation dans les grandes villes (Hanoi, Hai Phong, Dà Nang, Hô Chi Minh-Ville et Cân Tho).

Le pot catalytique vivement recommandé

À Hanoi et Hô Chi Minh-Ville, on recense 7 millions de motos en circulation et ce chiffre ne cesse d’augmenter. Un millier de véhicules sont enregistrés chaque jour à Hanoi, et encore davantage dans la mégapole du Sud. Et la densité de circulation demeure élevée. Selon Hoàng Duong Tùng, directeur du Centre de sondage et d’information de l’environnement, la densité de Hanoi est évaluée à 1,85 m par voiture et 17 cm par moto. La quantité de micro-poussières en suspension dans les 2 grandes villes du pays est de 1,5 à 2 fois supérieure aux normes autorisées. Un constat alarmant.

La responsabilité est à chercher aussi du côté des véhicules vétustes et de la qualité des combustibles liquides utilisés par les véhicules. L’utilisation de combustibles propres (gaz ou essence à faible taux de plomb) devra réduire la pollution de l’air.

D’après Hoàng Duong Tùng, il est important d’encourager chaque automobiliste à installer un pot catalytique sur son véhicule. L’État devrait de son côté assister les entreprises dans la fabrication de pots catalytiques à bas prix pour stimuler la consommation, et mettre l’accent sur la gestion de qualité des véhicules importés. À plus long terme, la mise en place de réseaux de transport en commun et la création de nouveaux satellites urbains autour des mégapoles devraient contribuer à réduire la densité de circulation ainsi que les fumées d’échappement des grandes zones urbaines.

"Parallèlement à la loi sur l’environnement, le ministère des Ressources naturelles, de l’Environnement et de la Mer, est en train d’élaborer une loi sur l’air propre ainsi qu’un programme de gestion de qualité de l’air", conclut Hoàng Duong Tùng.

Lê Thanh/CVN (23/01/2007)


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 979266

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSViêt Nam RSSNouvelles d’aujourd’hui   ?

Creative Commons License